Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une histoire de la Préhistoire

- Les grandes dates de la discipline

- Les grandes théories

breuilnb

      Grotte de Lascaux - Dordogne

Mammouth.bernifal.jpg

Grotte de Bernifal - Dordogne

Contact

3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 11:46

On pensait la grotte de Lascaux à l'abri de toute détérioration depuis sa fermeture au public en 1963
Hélas, de nouvelles bactéries sont apparues sur le sol et les parois de la grotte depuis un an. Cette "chapelle Sixtine de la préhistoire" comme l'a qualifiée Henri Breuil avait déjà connu une prolifération de bactéries quelques années après sa découverte en 1940. L'afflux de visiteurs du monde entier venus visiter ce sanctuaire de la préhistoire avait provoqué leur apparition. En effet, sa relative exiguïté ne permettait pas une aération naturelle suffisante. La décision fut prise en 1963 de la fermer définitivement au public, seul un petit nombre de scientifique a le droit d'y pénétrer en respectant certaines règles (décontamination des chaussures,…) pour la mettre définitivement à l'abri. Un traitement "musclé" avait permis de mettre un terme à cette prolifération. Mais quel est l'élément déclencheur de cette nouvelle contamination ?

En 1999, il a été décidé d'entreprendre des travaux dans Lascaux afin de modifier des infrastructures d'accès devenues obsolètes. En effet, l'entrée de la grotte avait été élargie entre1949 et 1953 pour permettre l'afflux, de plus en plus important de visiteurs. Ces travaux ont-ils déclenché l'apparition de moisissures ? Rien n'est moins sûr, mais les scientifiques butent sur un problème car les traitements appliqués ont été inefficaces, les bactéries se nourrissant du produit employé. Aux dernières nouvelles, la prolifération aurait été stoppée. Mais ne risque t-on pas de déséquilibrer l'écosystème de la grotte à force d'employer des produits de plus en plus puissants ?

De plus, ce nouveau problème remet en cause l'ouverture des grottes ornées au public. Certains avancent que leur fermeture est incontournable. Une telle décision serait préjudiciable pour les passionnés(e) que nous sommes. Il faut, je crois, réglementer l'accès à ces grottes mais un appliquant des règles strictes et identiques pour toutes. Je prendrais deux exemples significatifs. La grotte de Niaux et celle du Mas d’Azil (bien que cette dernière ait un patrimoine orné faible et ne figurant pas au parcours des visiteurs). La grotte du Mas d'Azil nous montre ce à quoi il ne faut jamais aboutir. Un nombre exorbitant de visiteurs (surtout en période estivale), plusieurs groupes visitant en même temps la grotte, pas de consignes données en début de visite par des guides trop peu expérimentés, un éclairage direct dans la grotte favorisant la prolifération de nombreuses moisissures et un public, pour la plupart, peu ou pas respectueux des lieux, n'hésitant pas à s'adosser aux parois avec les pieds…. L'immensité d'une telle grotte ne permet pas tout sous prétexte que la circulation d'air y est importante facilitant ainsi un bon écosystème !

Il faut impérativement fixer un quota de visiteurs par jour et à certaines périodes de l'année (pas forcément en été…) comme cela se fait déjà dans de nombreuses grottes ornées (Niaux, Les Combarelles, Font de Gaume, …). Cela implique que le visiteur entreprenne la démarche de réserver sa visite en fixant une date de venue sur le site. Par cette action, il prend conscience de l’importance du lieu où il doit se rendre et aussi, d’une certaine façon, du privilège d’y pénétrer. Une chose est quasiment sûre, il sera respectueux des lieux ! Par contre, il est aberrant, que ce quota de visiteurs soit plus ou moins respecté selon les sites ornés. Je me suis rendu cet été à Gourdon dans le Lot afin de visiter la grotte de Cougnac. J'avais pris soins de téléphoner plusieurs jours auparavant (habitué à le faire pour d'autres sites) pour réserver ma visite, mais on me dit par téléphone que cela n'est pas utile, et que les groupes sont constitués sur place. A mon arrivée, je suis très étonné. Un guide pour un groupe de 30 personnes cheminant aux travers de stalactites pour se rendre devant "le panneau du mégacéros" !!! Il ne peut avoir l'œil sur tout. Du coin de l'œil je regarde certains visiteurs qui attendent un manque de vigilance du guide pour briser une petite stalactite et ramener ce trophée dans leur bagage pour immortaliser leur passage en ces lieux !!

Plus tard, en discutant avec le guide, celui-ci me dit qu'il lui est impossible de canaliser autant de visiteurs (et pour cause) et qu'il n'y a pas véritablement de quotas à respecter, les groupes se formant sur place selon "l'arrivage" de touristes !!

Allons-nous, à cause du manque de moyens mis en œuvre par le Ministère de la Culture, et la non application de règles strictes de quotas être définitivement privés de la visite de ces sanctuaires préhistoriques ?

Prenons l'autre exemple, celui de Niaux ( Ariège) : chaque visiteur doit réserver sa visite, chaque groupe est encadré de deux guides et l'on chemine 800 mètres sous terre avec sa petite lampe avant d'arriver sur le "Salon noir". Je puis vous assurer, qu'il n'y a pas un bruit si ce n'est celui de l'émerveillement ! Idem à la grotte des Combarelles (Dordogne) le quota de visiteurs est strict, pas de groupes de plus de 6 ou 7 personnes.

Reste la solution de la mise en place de reproductions à l'identique des grottes ornées (comme c'est déjà le cas à Lascaux et Altamira), solution permettant en plus aux préhistoriens, de réaliser des expérimentations sur la réalisation de ces peintures, mais le coût de telles infrastructures reste très élevé.

Alors que faire ? J'espère qu'un compromis sera trouvé pour ne pas pénaliser les passionnés(e) que nous sommes, pour qui il est déjà bien difficile de visiter et de regrouper des informations détaillées (archéologiques, topographiques, artistiques, …) sur ces joyaux de la préhistoire dont pour certains, nous ne contemplerons leur beauté, sans doute, jamais ailleurs que dans des livres…... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Mog-ur
commenter cet article

commentaires